Mon panier

Fermer

Il était une fois la K-Beauty...

Ecrit par PPANAM TEAM

• 

Posté le septembre 17 2019

 

Etude House, Innisfree, Tony Moly, Nature Republic, Missha …

Ce sont les premières marques qui nous viennent à l’esprit lorsque l’on parle de K-Beauty, autrement dit tout ce qui se réfère aux cosmétiques et aux tendances beauté coréennes.

Aujourd’hui, la popularité de cette dernière n’est plus à prouver et à conquis des millions de beauty addicts à travers le monde.  Les tendances venant du Pays du matin calme inondent la « beauty planet » et nombreuses sont les marques de cosmétiques occidentales à s’inspirer de ces tendances dans le but de diversifier leurs gammes de produits.  On connait tous désormais à peu près ce qu’est la K-beauty.

Mais quelles sont ses origines ? Qu’est-ce qui fait son succès à ce jour ?

Afin de répondre à ces questions, revenons un peu en arrière dans le temps afin d’en savoir plus sur ses origines et mieux comprendre ce qui fait aujourd’hui la popularité de la K-Beauty en Corée mais aussi hors de ses frontières… 

Un peu d'Histoire...

  • L’ère Gojoseon, l’ancienne ère Joseon dont les dates floues oscillent entre 2333 av. J.-C et 108 av. J.-C. 

À cette époque, les coréennes utilisaient des ornements colorés afin de montrer leur appartenance à une certaine classe sociale et leur appartenance à une religion. Le maquillage n’était pas utilisé pour montrer son statut dans la société.

La pâleur de la peau était glorifiée, symbole de pureté et de richesse. Aujourd’hui encore, la blancheur est encore un des standards de beauté en Corée du Sud. 

Les habitants de la Mandchourie (vaste territoire au Nord de la Corée) appliquaient du gras sur l’intégralité de leurs corps afin d’adoucir leur peau et empêcher les gelures durant l’hiver rude. C’était le début du skincare ! 

 

  • L’ère des Trois Royaumes de Corée vit la popularité du skincare et du maquillage grandir. (57 av J.-C - 668 ap J.-C) 

C’est à cette époque que le peuple commença à utiliser des gommages pour le visage, des lotions et de l’encre à sourcils. Les cosmétiques étaient faits à main et étaient conservés dans des contenants en terre cuite. Puisqu’il n’y avait aucun moyen de garder ces cosmétiques au frais, il était d’usage de fabriquer seulement de petites quantités afin de pouvoir les terminer avant qu’ils ne périment. Cette pratique a perduré jusqu’à la commercialisation des cosmétiques à la fin de l’ère Joseon. 

 

 

Le Royaume de Goguryeo, s’inspirant grandement de la Chine, glorifiait les visages ronds, les joues rebondies et rougies et les sourcils très fins. Qu’importe la classe sociale, riches et pauvres se couvraient de maquillage afin d’arborer un air noble. 

 

Le maquillage dans le Royaume de Baekje quant à lui se voulait sobre. Il disposait d’une technologie plus avancée en matière de cosmétiques puisque d’après la littérature japonaise, le Japon aurait appris les techniques de maquillage et la production de cosmétiques du royaume de Baekje. 

 

Enfin, le Royaume de Silla développa la fabrication de maquillage telle que de la poudre pour le visage et du rouge afin de l’utiliser sur les joues et les lèvres. Ce Royaume révéla également les « Hwarang », l’élite des guerriers à l ‘époque, qui portaient du maquillage,des bagues en jade et d’autres bijoux en tout genre.  Ils étaient connus comme étant des « Chevaliers en fleurs », qui n’est pas sans rappeler le concept des flower boy bands dans la K-Pop aujourd’hui. 

Hwarang K-Drama

Après la réunification du Royaume, les cosmétiques s’améliorèrent de plus en plus. Les femmes étaient désormais dépendantes à un luxe extrême et aux cosmétiques. 

 

Cet intérêt a continué de grandir durant la dynastie Goryeo (918 - 1392) et s’est également propagée en Chine durant la dynastie Yuan avant d’être renversée. L’époque de la dynastie Goryeo est l’époque où le maquillage fût le plus utilisé. Les femmes n’aimaient guère peindre leurs visages autant que les Chinoises, les Japonaises ou les Européennes à cette même époque et préféraient utiliser seulement de la poudre. Elles n’utilisaient guère de couleurs sur les joues et les lèvres et dessinaient leurs sourcils en forme de feuille de saule. 

 

Les cosmétiques étaient conservés dans des pots en terre cuite laquée verte. 

 

  • La dynastie Joseon (1392-1897) 

 

La société à cette époque, très influencée par le confucianisme, a poussé les femmes à opter pour un style plus discret et plus simple. Elles ont donc commencé à préférer accentuer leur beauté intérieure qu’extérieure, le but du maquillage étant de souligner la santé de la personne qui le porte. Le maquillage était de mise seulement lors de réunions, de sorties ou de rituels. Il consistait principalement en un sourcil plus arrondi et légèrement teinté, ainsi que d’une poudre couleur pêche appliquée sur les joues et les lèvres. Les ornements tels que les miroirs, les peignes, les pinces à cheveux etc. étaient préférés afin de montrer son statut social.

 

Pour des cheveux brillants, les femmes appliquaient de l’huile de camomile. Aujourd’hui, la camomile est très utilisée dans les cosmétiques coréens car elle est connue pour sa richesse en antioxydants, bons pour les cheveux et la peau. 

 

Afin d’avoir une peau zéro défaut, elles utilisaient des haricots mungo moulus mixés avec de l’eau et s’en servaient comme nettoyant exfoliant, suivi d’une application d’huile de carthame, riche en vitamine E afin d’adoucir la peau. 

 

Afin de nettoyer la peau de toutes ses impuretés, les femmes utilisaient également des concombres et de l’armoise. Les cosmétiques étaient désormais conservés dans des contenants en porcelaine bleue et blanche. 

 

Seules les courtisanes (appelées « gisaeng »)et les musiciens s’autorisaient à porter un maquillage plus lourd. Les classes les plus aisées méprisaient le maquillage porté par les "gisaeng". 

 

Le rouge appelé « yeonji » était fait à partir de jus de grenade. Le "Yeonji" était utilisé lors des mariages traditionnels coréens, mais également utilisé dans la vie de tous les jours comme rouge à lèvres et blush par les « gisaeng ».

Les hommes de la dynastie Joseon avaient deux idéaux opposés concernant les femmes. 

La "gisaeng" idéale avait une peau très claire, des joues couleur pêche, des lèvres cerise, des cheveux rappelant les nuages et une taille fine. 

La belle-fille idéale quant à elle se devait d’être en pleine santé et d’avoir une personnalité amicale en plus d’être une femme fidèle. 

 La production et la vente de cosmétiques durant la dynastie Joseon augmenta et se diversifia, signe de progrès et d’industrialisation avant que l’empire coréen soit proclamé.

 

  • 19ème et 20ème siècle 

 

Au milieu des années 1800, tout comme le Japon et la Chine, la Corée fut contrainte de s’ouvrir aux pouvoirs impériaux étrangers. Le pays s’industrialise peu à peu, et la production de masse des cosmétiques remplaça les cosmétiques faits maison. 

 

Entre 1915 et 1930, le « bakgabun » fut le premier produit fabriqué en masse en Corée. Cette poudre contenant du plomb, très toxique, fût boudée par la population dans les années 30 lorsque des options moins dangereuses firent leur apparition sur le marché.  

 

À partir des années 20, la domination japonaise sur les cosmétiques coréens commença à se faire ressentir. Ainsi, en 1961, le gouvernement Sud-Coréen a interdit la vente de produits étrangers en Corée, dont les cosmétiques. Les cosmétiques Japonais ont donc été retirés de la vente, et a permis à l’industrie de la cosmétique coréenne de grandir très rapidement. 

 

  • Des années 90 à nos jours 

 

Cette période marque la naissance de la « Hallyu », autrement appelée la « vague coréenne »

Depuis, l’industrie de la cosmétique ne cesse de grandir et de gagner des parts de marché dans le monde entier. 

 

 

Mais pourquoi la K-Beauty est-elle autant appréciée ? 

 

Le succès des cosmétiques coréens repose sur la recherche constante de produits toujours plus innovants ainsi que sur des textures uniques et des packagings toujours plus mignons ! 

 

Depuis toujours, l'industrie de la beauté coréenne repose sur la fabrication de cosmétiques à base d’ingrédients la plupart du temps d'origine naturelle, peu communs, souvent issus de la biodiversité coréenne et de haute qualité. 

 

L’industrie cosmétique coréenne mise sur une technologie très avancée par rapport aux techniques occidentales et investit énormément d’argent dans la recherche et développement. 

 

Dans un Occident où il est coutume de vouloir tout « cacher » avec le maquillage, la Corée du Sud préfère soigner la peau et prévenir les dommages. La jeunesse et la santé de la peau est mise à l’honneur en travaillant sur l’hydratation de la peau. Le fameux « layering » devenu tendance chez nous il y a de nombreuses années est un rituel bien connu des coréennes afin de garantir une peau saine. 

 

Aujourd’hui, l’industrie Sud-Coréenne en matière de beauté est colossale et compte des milliers de marques. Elle a notamment ouvert la voie à de nombreuses marques en Occident s’inspirant des innovations coréennes telles que le masque en tissu ou encore le fond de teint sous forme de cushion. 

  

Devenue une véritable ambassadrice de la Corée du Sud à travers le monde entier, la K-Beauty prospère désormais et a encore de beaux jours devant elle ! 

 

 Et vous, connaissiez-vous l’histoire de la K-Beauty ? Quelle est votre marque de beauté coréenne préférée ? 

 

D'ailleurs, plusieurs des illustrations ci-dessus proviennent du musée de la cosmétique Coréana. Si vous êtes intéressés par l’histoire de la cosmétique coréenne, n’hésitez pas à aller le visiter  si vous passez par Séoul ! :) 

Commentaires

0 Commentaires

Laisser un commentaire